Déconstruire nos jugements

Dans cet article, je vous apporte un autre changement de regard par rapport à notre perception, car il y a tant à dire pour augmenter notre compréhension !!! Et nous allons apprendre à déconstruire nos jugements.

En fait, c’est ma petite poulette qui a commencé la maternelle cette année qui m’a inspiré !

Surtout en début d’année, elle vivait beaucoup de changements et d’adaptations à faire et elle a commencé des petits comportements style « je suis grande maintenant, donc je sais tout et je n’ai plus besoin de vous ! » … ce qui menait à des situations parfois désagréables, mais selon Sa conscience du moment elle est grande et elle sait tout…

Vais-je rire d’elle ? Je peux certainement utiliser l’humour pour dédramatiser même si des fois c’est pas drôle et plutôt tannant ! Son père et moi tentons de l’accompagner dans son apprentissage en recadrant avec le plus possible de bienveillance, tout en la laissant réfléchir et en la laissant vivre son expérience de maternelle 😉

Et si en fait, la vie était une grande école, car la vie est apprentissages. Nous sommes, en quelque sorte des apprentis qui veulent devenir plus sages.

Et dans cette grande école de la vie, il y a des maternelles, des primaires (1er, 2e et 3e cycle), des secondaires, des cégépiens et des Universitaires.

Ma question : Ça se peux-tu que certains soient en maternelle sans le savoir ? Ça se peux-tu que je sois et que vous soyez en maternelle dans certains domaines ou certains aspects de votre vie sans trop en avoir conscience ?

Et je dis ceci sans hiérarchisation, car je crois fondamentalement que tous les humains sont égaux. C’est plutôt une image que je vous apporte, car même l’Universitaire ne sais pas tout, seulement, il apprend à devenir un expert dans sa zone de compétence… pas dans tout !

C’est pour ça qu’il faut toujours rester dans une position d’ouverture et de neutralité. La neutralité implique l’absence de jugement, car le juge-ment. Aussitôt que j’émets un jugement, il me manque des données pour être dans la justesse et dans la justice.

Est-ce facile à faire ? NON. Est-ce faisable ? OUI… avec la pratique ! Et c’est pour cette raison qu’encore une fois, je vous invite à être acteur actif. J’aime beaucoup donner des outils concrets pour mettre en application mes connaissances, car la connaissance sans la pratique ne vaut rien !

Donc cette semaine, je vous invite à conscientiser quels sont vos jugements les plus fréquents. De quoi parlent-ils ? Et surtout de quoi parlent-ils de vous ? Le monde extérieur est le reflet de notre monde intérieur et donc, ces jugements parlent de vos croyances, de vos blessures, de vos peurs…

De s’arrêter pour conscientiser nos jugements permet d’agir directement dessus en les déconstruisant, car on ne peut agir que ce sur quoi on a conscience !  En déconstruisant nos jugements, on s’aperçoit que finalement, rien n’est si grave que ça !

Comment je fais ça déconstruire mes jugements ?

Exemple 1 :

Si je juge une personne qui est excentrique, tant dans son habillement que dans sa façon d’être par exemple. Je peux me demander :
-Est-ce si grave que ça ? NON… MAIS ÇA ME DÉRANGE .  
-Est-elle bizarre ou folle à cause de ça ?  NON.
-Ça se peux-tu qu’elle ait d’autres données, d’autres vécus ou d’autres blessures que moi qui font qu’elle agit de la sorte ? CERTAINEMENT.
-Ça se peux-tu qu’elle ait seulement réussi à dépasser le jugement des autres envers elle et à être pleinement elle-même ?  OUI.
-Donc, est-ce si grave ? VRAIMENT PAS !

Exemple 2 :

Si je juge un parent qui n’élève pas son enfant de la bonne façon (selon mes repères), je peux me demander :
-Est-ce que MA façon est la seule bonne façon ?  NON.
-L’enfant est-il en sécurité ?  OUI.
-Est-il maltraité ?   NON.
-Mange-t-il ?    OUI.
-Reçoit-il de l’amour ? OUI…
-Alors est-ce si grave que ça? TELLEMENT PAS.
* Si toutefois la réponse est qu’il est maltraité et que sa sécurité est en danger, il ne faut pas juger, car je ne sais pas plus le vécu de ce parent… Il faut cependant agir afin que le parent et l’enfant reçoivent l’aide dont ils ont besoin !

Exemple 3 :

Les habitants de ce village sont tous comme ceci… Eux autres qui font ça sont tous des ****.
-Juste de se dire « Est-ce que vraiment tout le monde font ou sont comme ça ? » la réponse qui vient est souvent « ben non, pas tous »… Et ça déconstruit automatiquement. Je trouve ça tellement limitant de mettre tout le monde dans le même panier. Et si jamais tout le monde agit d’une façon, c’est probablement qu’il VOUS manque des données pour comprendre la raison de cet agissement.

De déconstruire nos jugements, c’est un autre outil qui nous aide à voir plus large… à ouvrir nos œillères !!!

Et en cours de route, on se trompe à plusieurs reprises… Dans ces moments, on recommence en usant de bienveillance tout comme nous le ferions pour un élève de maternelle et tranquillement… un pas à la fois… on se rééduque à mieux aimer l’autre et à mieux s’aimer soi-même.

N’hésitez pas à venir me dire l’impact que la pratique de ces outils ont sur votre bien-être et dans vos relations.

Bonne réflexion !

Elisabeth 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.