Fertilité et perturbateurs endocriniens

Si vous avez un trouble de la fertilité, votre spécialiste, après s’être assuré qu’il n’y avait pas de trouble fonctionnel ou organique, vous a peut-être dit que c’était dû à une cause environnementale.

Dans cet article, je souhaite vous démontrer que le lien entre l’infertilité et l’exposition aux perturbateurs endocriniens est bien connu dans les mondes scientifique et médical.

Le mot endocrinien, se rapporte aux glandes endocrines ; glandes qui sécrètent des hormones régulant toutes les fonctions vitales de votre organisme, dont les fonctions sexuelles et reproductrices.

Pour vous démontrer que c’est bien connu, je vous parle de la très intéressant publication « Sabotage hormonal » faite en collaboration avec le réseau des femmes en environnement (RQFE), le ministère de l’Éducation, des loisirs et du Sport, et la Télé-université de l’université du Québec à Montréal.

Je vous résume quelques points, mais vous trouverez le lien pour y accéder sous ma publication :

  • Dans plusieurs pays, on remarque que le nombre de naissances de garçons diminue et les Perturbateurs endocriniens sont pointés du doigt comme quoi ils pourraient modifier l’environnement hormonal qui sert à développer les caractéristiques masculines de l’embryon.

Déjà en 1992, on constatait une diminution du nombre de spermatozoïdes chez de très nombreux jeunes hommes dans le monde. Entres autres, on a remarqué que les collégiens américains, présentaient des quantités de sperme la moitié moindre que celles de leurs pères et que la qualité diminuait de manière importante. Ce qui pourrait expliquer ce phénomène, c’est la présence dans l’environnement de composés chimiques mimant l’œstrogène. C’est le cas, entres autres, des phtalates, qui sont des composés des plastiques et qui sont partout… on a juste à penser à un bébé va boire dans des bouteilles de plastiques, téter un embout en silicone parfois à longueur de journée, mettre divers jouets de plastique dans sa bouche, sans compter tous les produits d’utilisation courante en plastique et même les désodorisants parfumés qui se retrouvent dans plusieurssss maisons et endroits publiques libèrent des phtalates et autres perturbateurs endocriniens…

  • Toujours chez les hommes, le cancer des testicules aurait triplé.
  • Chez les filles, les effets ne seraient visibles qu’à l’adolescence, justement au moment où elles sont en plein développement, notamment quant à la maturation de leur système reproducteur.

En 2008, une étude a démontré qu’une adolescente mettait sur son corps en moyenne 17 produits cosmétiques par jour pour un total de 174 ingrédients différents. Ce qui devient explosif dans ce mélange-là, c’est que les molécules de ces 174 ingrédients entre en interaction avec toutes molécules présentes dans l’air que vous respirez et il y a aussi interaction avec la chimie déjà présente dans l’organisme, donc au final, il est impossible de connaitre toute l’étendue des conséquences de ces perturbateurs endocriniens chez les adolescentes.

D’ailleurs, une autre étude plus récente menée en octobre 2016 par les chercheurs du Center for Environmental Reserch and Children’s Health (CERCH) de l’École de santé publique de l’Université de Berkeley en Californie ont mesurer la concentration dans l’urine de plusieurs agents chimiques utilisés couramment chez une cohorte d’une centaine de jeunes filles.

Pour comparer l’exposition à ces premiers échantillons d’urine, les chercheurs ont remplacé pendant quelques jours les produits couramment utilisés par d’autres exempts de perturbateurs endocriniens.

Après trois jours, la présence de parabens, un agent de conservation largement utilisé dans les savons, les shampooings et les crèmes, avait chuté de 45 %, alors que celles de différents phtalates, avait diminué de 27 %. De la même manière, les taux de triclosan, un antibactérien présent dans les savons, le dentifrice et les désinfectants pour les mains, et d’oxybenzone utilisé dans des lotions solaires, avaient diminuer de 36 %.

Cette recherche-là est intéressante, parce qu’elle démontre que des gestes très simples peuvent faire une grande différence rapidement.

Il est à noter que le marché des cosmétiques et des soins du visage visant les jeunes filles de 10 à 16 ans explose et représente en Amérique du Nord des dizaines de millions de dollar$.

  • Les facteurs environnementaux sont soupçonnés d’être impliqués dans le déclenchement précoce de la puberté chez les adolescentes. La puberté précoce étant elle-même associée, entres autres, aux kystes ovariens et au cancer du sein…
  • Cancers du sein qui auraient d’ailleurs augmenté de 40 % de 1973 à 1998 et plus de 200 composés chimiques, incluant nombre de PE ont été associés à ce phénomène tout comme au développement de fibromes utérins et d’endométriose (trouble féminin souvent cause de stérilité).

Je pense que vous comprenez bien le portrait donc je m’arrête ici en vous invitant à éviter plastiques en général : utilisez des plats en verre, buvez vos boissons dans une tasse en porcelaine, acheter un rideau de douche en tissus plutôt qu’en plastique par exemple et éviter les parfums en général.

En plus, vous utilisez déjà tous ces produits, ce n’est pas un besoin que je vous créer, alors acheter encore, mais mieux !

Ensuite, si vous êtes une personne ayant un trouble de la fertilité, je vous suggère de consulter un naturopathe qui saura vous aider à cibler des changements de mode de vie et un traitement plus précis qui saura relancer votre fonction reproductrice.

Pour visionner ma vidéo sur le sujet, clique sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=3erMDkabjjM

À votre santé !

Elisabeth

Sources :

http://benhur.teluq.uquebec.ca/SPIP/pe/IMG/pdf/Sabotage-hormonal-2009.pdf

https://ehp.niehs.nih.gov/doi/10.1289/ehp.1510514

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.