Surpoids et toxines environnementales

Nous oublions souvent à quel point l’environnement dans lequel on évolue impacte notre santé positivement ou négativement. On aime mieux dire que c’est dû à notre génétique… c’est beaucoup moins responsabilisant 😉

Dans cet article, je tente de vous démontrer le lien entre les toxines présentes dans votre environnement et votre surpoids.

Si vous faites partie de ces gens qui tentez par tous les moyens de perte du poids, entres autres par une bonne alimentation et un mode de vie actif et sain, mais n’y arrivez pas ou « jouez au yoyo » comme on dit, plusieurs causes sont possibles, mais il se peut très bien que cette cause soit liée aux toxines environnementales.

Il y a deux types de toxines, celles dites endogène, donc créer par l’organisme lui-même résultant de ses réactions métaboliques normales et exogène, donc provenant de l’extérieur notamment de l’alimentation et de l’air que nous respirons.

Et là, certains diront que le corps est capable de se nettoyer et que nous n’avons rien de particulier à faire pour qu’il remplisse son travail d’élimination, et c’est en partie vrai.

Dans des conditions optimales : vie à la campagne où l’air est pur, alimentation fraîche, variée, vivante et biologique sans pesticide, activité physique régulière et niveau de stress très bas, oui le corps serait effectivement capable d’éliminer au fur et à mesure les toxines accumulées.

Or, notre vie moderne permet très peu ces conditions et le corps, un peu comme une voiture à laquelle nous ne ferions jamais de changement d’huile et de filtre, s’encrasse.

Un des moyens que le corps a de se protéger de tous ces polluants que nous ingérons et que nous respirons, est d’emmagasiner ces toxines acides dans le gras corporel, ce qui favorise la prise de poids.

C’est aussi pour cette raison que, lorsque vous voulez perdre du poids, il est recommandé de perdre seulement de 1 à 2 livres par semaine, car les toxines libérées par les graisses brûlées se retrouvent dans la circulation sanguine en vue d’être éliminé par les organes émonctoires et si, une trop grande quantité de déchets se retrouvent dans la circulation en même temps, il y a risque d’auto-intoxication.

Je vais soulever un dernier point important… Plusieurs commencent leur journée avec un « poutch » de parfum dans le cou… Il ne faut pas oublier que la peau a aussi une fonction d’absorption ! Les parfums étant de grands perturbants du système glandulaire ou endocrinien, la journée commence avec un cocktail chimique directement ou très près de la glande thyroïde.

Un des grands rôles de la thyroïde est d’agir au niveau du métabolisme, entres autres, d’activer l’utilisation des substrats énergétiques (glucides, lipides, protéines) que nous avons ingéré et de l’oxygène que nous respirons. Si son fonctionnement est perturbé par les divers perturbateurs endocriniens présents dans votre environnement, il se peut que son fonctionnement soit altéré entraînant un métabolisme plus lent et entraînant, entres autres, une prise de poids.

Voilà, je vous invite à regarder la liste d’ingrédients des produits que vous achetez et tentez d’éviter le plus possible le mot « parfum ». Recherchez plutôt les termes comme : « parfum (huiles essentielles » ou « extrait de plantes ou de fleurs » ou encore mieux selon moi, le nom de chacune des huiles et extraits séparément.

Voilà, j’espère que cet article vous sera utile dans la gestion de votre poids.

À votre santé !

Elisabeth 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.