La santé, une priorité ?

De comprendre l’Être humain et plus particulièrement ce qui mène à sa santé optimale, ça me passionne. Plusieurs facteurs sont essentiels à une bonne santé et particulièrement les pensées et les émotions qu’on entretient y jouent un rôle majeur.

Bien que je tente d’être en équilibre, c’est-à-dire de ne pas alimenter la colère ou toute autre émotion négative, aujourd’hui, je vous fais l’aveux que ce n’est pas toujours chose facile…

Être dans la neutralité ne signifie pas de ne pas avoir d’opinion, mais plutôt de ne pas laisser mes opinions créer des sentiments négatifs en moi, car ceux-ci sont néfastes pour mon corps et mon bien-être. Je ne laisse pas non plus toute la place à mes opinions, car je me rappelle qu’une opinion est un point de vue limité et que je ne détiens pas la vérité absolue. Je me place donc dans un état d’ouverture afin que d’autres idées et opinions viennent compléter mon point de vue. Je me place aussi dans un état de respect pour l’opinion des autres car nous vivons tous des réalités différentes sur cette belle planète.

Cependant, je sais que la vraie vérité ne fait de « mal » à personne, je sais qu’elle est juste et bonne pour tous et un chacun, je sais qu’elle sert au bien-être collectif… et ce n’est pas ce que je vois depuis toujours et particulièrement depuis un an.

Avant tout, ne pas nuire ! Tel est un des premiers principes de la naturopathie. Or, depuis que je me suis ouvert au monde de la santé holistique, je ne cesse de repérer les absurdités médicales / pharmaceutiques : surmédicalisation (on fait taire le symptôme plutôt que de s’attaquer à la cause), effets secondaires multiples, vaccinations à répétition même pour des maladies bénignes et vaccins testés aveuglément sur qui le veut bien sans connaître les effets néfastes à long terme, corps physique coupé des corps émotionnel et spirituel, etc.

Pourtant, les gens sont de plus en plus malades ! Ce peut-il qu’il y ait autre chose ?

Vu la situation actuelle, la politique s’en mêle : isolement, contacts interdits, lavage des mains fréquents avec des produits irritants (qui favorisent l’entrée des agents pathogènes) et toxiques (qui tuent les bactéries bénéfiques à une bonne immunité), masques suffocants même pour les enfants, contravention salée pour les « non-obéissants », publicités qui sèment la peur, division plutôt que l’union, etc.

De plus, une très faible minorité de scientifiques sont écouté alors que l’autre partie qui lèvent des drapeaux rouges sont ignorés.

Et pendant ce temps, dépression, anxiété, suicides, drames familiaux, femmes battues, itinérance, enfants anxieux qui développent des problèmes de santé, faillite, multinationales qui s’enrichient davantage au détriment des petites entreprises locales, etc.

Malheureusement, l’économie passe aussi avant la santé : autorisation d’utiliser des pesticides, des engrais chimiques, des ingrédients douteux tant dans l’alimentation que dans les produits d’hygiène, agriculture en dysharmonie avec la Terre-mère et ses habitants, industries polluantes, etc.

Et nous regardons tout cela en se disant que c’est normal et que ça ne doit pas être évident pour nos autorités de prendre ces décisions !!! Dites-moi qu’est-ce qui est normal dans tout cela ? Certainement pas de laisser le nombre de dommages collatéraux sur des personnes « en santé » augmenter de façon exponentielle. La santé n’est pas une question de hasard… c’est une question de logique : si je donne à mon corps ce dont il a besoin sur les plans physique, émotionnel et spirituel, il est en santé et me « défend » facilement contre toute attaque extérieure.

Je ne plairai pas à tout le monde, mais le virus de la peur a toujours été le pire tueur de l’histoire. N’avez-vous jamais remarqué que les plus grands virus ont pris place en temps de guerre, de famine ou de récession économique ? Temps où les gens vivaient de grandes peurs qui affaiblissaient leur défenses naturelles… peur de mourir, peur de ne pas pouvoir se nourrir, peur de perdre le contact avec des êtres qui leur sont chers, peur de manquer de l’essentiel, etc.

Plusieurs affirment que le stress est le SEUL et unique responsable de toute maladie. Or, les émotions négatives, dites de survie, sont un stress pour l’organisme et entres autres, le stress diminue les défenses immunitaires.

Dans son livre « La contagion émotionnelle » que je vous suggère, Christophe Haag, nous parle des impacts insoupçonnés des émotions négatives et nous explique comment nous sommes reliés aux autres au point de former une vaste mer d’énergies et de vibrations qui se propagent à une vitesse fulgurante.

Ce peut-il que de seulement créer une épidémie de l’amour guérisse ? Je le crois sincèrement. Mais avant d’en arriver là, il nous faudra comprendre et accepter que nous sommes des Êtres beaucoup plus lumineux et puissants que ce que nous croyons… que tout ce dont nous avons besoin est en nous et non à l’extérieur de nous… il faudra se souvenir de qui nous sommes réellement et cesser de donner tout notre pouvoir aux autres ou a toute autre chose d’externe, car la seule autorité en laquelle nous devons croire est celle de notre propre divinité.

Lorsque tout le monde se rappellera de qui il est et acceptera de vivre selon les désirs de son cœur et de son Être divin, la vie comme nous la connaissons se transformera, car ce que nous qualifions de négatif n’aura juste plus lieu d’être.

La crise est-elle vraiment une crise de COVID ou plutôt une crise existentielle qui nous force à voir ce que nous n’avons jamais voulu voir ?

Pour prendre contact avec moi : https://elisabethducharme.com/contact

Au plaisir!

Elisabeth

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.